de | fr
   
 
 
21.11. - 25.11.2011
workshop 2011-2
 
3.7. - 10.7.2011
workshop 2011-1
 
 
28.2. - 4.3.2011
Bourgogne
 
3.1.2011
Recontre à Paris

 
8.11. -12.11.2010
workshop 2010/2
 
 
 
 
23.7. - 24.7. 2010
Treffen in Paris
 
1.6.2010
peinture2020malerei
 
 
 
 
18.3.2010
Visite du L.A.C. Sigean
 
15.3. - 22.3.2010
workshop 2010/1
 
 
 
2.7.- 5.7.2009
Besuch aus Toulouse
 
Konzeption mit Ludwig
Museum Koblenz
 
Virnich á ESBA Toulouse
 
6.12 - 10.12.2008
Recontre à Mayence
 
 
 
 
   
29.04.2012 - 17.06.12
PEINTURE2020MALEREI
   
  9.7.2011
en haut
   
  9.4. - 11.4.2011
Ganymed 3
 
1.4. - 3.4.2011
Ganymed 1
   
3.3.2011
Ins Blaue - Un voyage sans destination
Centre d'Art Pougues les Eaux
   
   
  15.11.2010
EP limbus europae
 
 
 
 
14.5.2010
Polichinelle IV
 
25.3.2010
Polichinelle III
   
22.3.2010
Polichinelle II
  19.3.2010
Performance
Felix Bressieux
   
   
  9.3.2010
Polichinelle I
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
Projet   Artistes   Contact   BLOG
Expositions / Texte   Médiagraphie   Liens    
   
 
15.3 – 22.3.2010
\\ workshop 2010,1 Toulouse

Le sujet est nous‐mêmes en tant que famille multi générationnelle et internationale qui se propose au travers d’un dispositif expérimental d’évoluer vers une production de peinture dont les enjeux sont définis par :

‐ Un constat du champ de la peinture dans l’art contemporain (dans quels codes elle s’exprime, quelle légitimité a-t-elle, que dit-elle, mais aussi comment et où elle s’expose)

‐ Juste après ce constat, une évaluation des possibilités picturales, notamment comme utopie, au moment où la peinture redevient une "force politique" en France.

‐ Evaluation des conditions, très contingentes selon chaque individus mais pertinente en les décryptant au travers de cet échantillon social des peintres que nous formons.

‐ Analyse des travaux des étudiants et des anciens étudiants comme pratique émancipatrice.

Winfried Virnich exposait à partir de ses documents de travail (voir annexe 1) la question suivante  -  en quoi une "image peinte" constitue une information qui ferait (encore) la différence avec la multitude des images qui nous entourent.
Il évoquait le rôle de la couleur comme élément décisif. 
Le terme couleur  signifie pour la peinture le champ opérationnel en tant qu'impact déterminant et créateur de forme : ce champ échappe à toute détermination logique et conceptuelle, voire à tout examen physiologique du cerveau et reste exemplaire pour l’avènement (modal) de la création. Apprendre et déExpositions comment la couleur et l'espace propre à la couleur opèrent, est selon lui notre devoir, à la fois dans la pratique de chacun, mais aussi dans le travail d'analyse, discursif et plus distancier.

Excursion au centre d'art du L.A.C à Sigean,  à l’abbaye cistercienne de Frontfroide et au Musée de Sérignan.

Intervention de Kirill Ukolov dans le Palais des arts de l'école à Toulouse :
Le sol du Palais est entièrement couvert de papier A4 blanc. Les murs sont couverts de morceaux  de "pâte à fixe" jaune. Les gens entrent. Les papiers bougent. Le motif sur le sol apparait. Les gens commencent à jouer, et à accrocher des papiers au mur, "l'image" du début change....
Discussion.

 

Performance de Félix Bressieux dans la cour de l'école:
Une cube de 60 x 60 cm est au milieu de la cour, Félix arrive avec une grande masse, il porte des lunettes de protection. Il se met à frapper le cube avec la masse. Le cube se fendille petit à petit. On sent l’effort physique. Du pigment bleu apparaît au milieu du cube, face au ciel bleu et entouré des briques rouge de l'architecture....
Discussion.

Vidéo-installation de Dimitri Robert dans la galerie du quai de l'école :
Un film est projeté sur un dispositif composé d’objets blanc (une table, une étagère, une machine à café, des verres, une bouteille...), les objets prennent forme grâce à la couleur dans la projection. Lui-même agit dans la projection sur scène, il déplace des objets, il accroche et brûle une affiche bleue montrant un dauphin. Il casse une bouteille de vin. Les sensations de couleur sont fortes....
Discussion.

Nous avons remarqué que le degré zéro de la peinture, une des forme achevée de la peinture dans notre siècle, était un point de départ légitime pour beaucoup des participants, et forme un prétexte pour tenter de s’approprier des formes, tenter des expériences plus complexes, plus personnelles avant peut‐être de radicaliser un geste, pour revenir vers un nouveau degré zéro, à moins de complexifier à nouveau ce geste. De ces degré zéro de la peinture auxquels les étudiants se référent, nous avons relevé :

‐ Support‐surface (Hantaï, Viallat)
‐ Abstraction minimale (Blinky Palermo, Ernst Caramelle, BMPT, et revenir plus loin avec Donald Judd, Ad Reinhardt, Agnes Martin.....Malevitch)
‐ James Turrell, on pourrait parler de Wolfang Laib aussi.....

Nous avons constaté que beaucoup des participants ne situaient pas uniquement  leurs références dans le champ de la peinture,  mais aussi dans la culture populaire (bande dessiné, musique....). Dans un sens plus général nous avons pu voir un rapport décomplexé  à des oppositions : abstraction - figuration, peinture murale  -  tableaux,  dans les générations de peintres contemporains. Les participants ont éprouvé cette situation plutôt comme une chance. Nous nous sommes demandé quel est le potentiel utopique de la peinture et de quelle manière il se manifeste pour chacun ? Sommes-nous  capables de voir et d'analyser avec nos propres acquis, encore liés à la modernité ?

"Le tableau de chevalet, tableau amovible que l'on accroche au mur, est un produit unique et propre à la civilisation occidentale : il n'en n'existe nulle part de véritable contrepartie."
Clement Greenberg, "La crise de tableau de chevalet", 1948

"The history of modernism is intimately framed by the space; or rather the history of modern art can be correlated with changes in space and the way we see it."
Brian O'Dorothy, "Inside the Withe Cube", 1999

Nous sommes tombés d’accord sur le fait que les expositions planifiées doivent être issues d’un 
processus de travail commun. Philipp Schneider a exprimé suite à cette conclusion le désir d’organiser pour la prochaine rencontre un workshop qui mettrait en relation un travail pratique commun et une réflexion.